Une précision chirurgicale pour la pub télé

Les réseaux de télévision sont de moins en moins intéressés par les statistiques traditionnelles de la télévision, comme les cotes d’écoutes calculées par la firme Nielsen, et cherchent plutôt à savoir comment les consommateurs réagissent aux publicités diffusées et à mieux découper et identifier l’audience pour les annonceurs. La décision de Time Warner et Viacom de se détourner des mesures de Nielsen marque un point tournant par rapport aux pratiques de l’industrie depuis des décennies.

Cette décision a été prise pour répondre à la demande des annonceurs de pouvoir mieux cibler leurs publicités. Ceux-ci, désormais habitués à la précision chirurgicale des données issues des sites web, veulent pouvoir créer des publicités pour la télévision linéaire spécialement adaptées à un auditoire ciblé, plus réceptif à l’objectif visé par la publicité.

Selon Brian Steinberg du magazine Variety, pour mieux répondre aux besoins précis des entreprises, l’industrie de la publicité a aujourd’hui besoin d’informations plus nuancées que ce que Nielsen peut lui fournir.

 

Facebook choisit 7 «étalons» publicitaires

«Anthology» est un nouveau partenariat entre Facebook et sept entreprises médiatiques qui se sont démarquées par leur capacité à produire, de façon consistante, du contenu devenu viral sur le réseau social.

Les entreprises et les annonceurs souhaitant se démarquer sur le réseau social pourront être jumelées par Facebook à The Electus Digital, Funny Or Die, Oh My Disney, The Onion, Tastemade, Vice Media, ou Vox Media, qui s’occuperont de produire de la publicité vidéo conçue sur mesure pour provoquer une réaction auprès des utilisateurs de Facebook.

En travaillant avec l’un des partenaires de «Anthology», les annonceurs bénéficieront d’une expertise éprouvée et d’une collaboration accrue avec Facebook. S’inspirant de Buzzfeed et de sa division de production de contenu publicitaire viral, Facebook compte stimuler et monétiser son secteur vidéo, qui connaît une croissance spectaculaire en quadruplant au cours de la dernière année.

Facebook ne retire pas directement un pourcentage du montant payé par l’annonceur à l’un des sept studios de production, mais compte profiter de cette alliance pour s’assurer de la qualité de la publicité publiée sur son site, et donc augmenter ses revenus en atteignant une audience plus large.

Google Fi: le sans-fil «intelligent»

Google a choisi d’étendre son empire internet aux réseaux cellulaires en annonçant son tout nouveau service, le projet «Fi». Plutôt que d’utiliser sa propre infrastructure réseau, les appareils utilisant Fi se connecteront sur le meilleur réseau disponible entre les réseaux partenaires de Google, soit Sprint ou T-Mobile, ou pourront même utiliser directement un réseau Wi-fi de façon complètement transparente.

Le concept n’est pas nouveau. En 2005, alors que YouTube venait à peine d’apparaître, plusieurs commentateurs juraient que l’avenir de l’internet mobile passerait par ces «MVNO» (Mobile Virtual Network Operator), qui achètent à rabais la bande passante inutilisée des opérateurs qui détiennent l’infrastructure. Mais 10 ans plus tard, on constate que l’aventure fut une hécatombe pour la plupart des entreprises ayant tenté leur coup.

Google croît néanmoins pouvoir ranimer ce secteur en proposant une facturation simplifiée. Avec Google Fi, le client ne paiera que pour les données qu’il utilise, du jamais vu en Amérique du Nord. En plus du tarif de base de 20$ comprenant voix et données illimitées, les données ne lui coûteront que 10$ par Gigaoctet. Sans être assez bas pour créer une guerre des prix dans le marché du mobile, il s’agit d’un tarif qui met de la pression sur la compétition.

Pour l’instant, le seul appareil compatible avec Fi est le Nexus 6, un «phablet» de 650$ haut-de-gamme fabriqué par Google, que certains trouveront trop encombrant ou moins performant que les appareils des autres fabricants. Le service n’est offert qu’aux États-Unis et il est peu probable qu’il soit offert au Canada, tandis qu’en Europe, le marché plus compétitif propose déjà des offres beaucoup plus alléchantes pour les consommateurs.

Netflix mise tout sur ses exclusivités

L’avenir de Netflix dépend de sa capacité à se démarquer de la télévision linéaire. La compagnie de Los Gatos, qui a bâti son succès en achetant du contenu sous licence aux grands studios de cinéma et de télévision, considère que c’est en mettant davantage d’efforts sur la production de contenu exclusif qu’elle pourra étendre son empire.

Avec 320 heures de contenu original prévu cette année, soit le triple de l’an dernier, le CEO de Netflix Reed Hastings croit que Netflix creuse peu à peu la tombe de la télévision traditionnelle, précisant que les 20 prochaines années seront marquées par la transformation de la télévision linéaire vers la télévision internet. Comptant actuellement 62 millions d’abonnés, la plateforme veut attirer une audience plus large avec des émissions exclusives «aussi variées que l’expérience humaine».

C’est aussi une stratégie utile à long terme pour Netflix. En détenant entièrement les droits internationaux de ses productions originales, Netflix élimine la difficulté de distribuer son contenu à l’étranger, lui permettant également d’aller chercher des revenus supplémentaires grâce à la vente de DVD partout sur la planète. Il s’assure également un flux régulier de nouveaux contenus si les autres réseaux décidaient de le boycotter.

Les compétiteurs de Netflix comme HBO ne sont pas aveugles au succès de la plateforme de diffusion sur Internet, et certains choisissent de l’imiter en proposant leur propre plateforme similaire. Comparant cette bataille à une partie entre les Red Sox et les Yankees, Reed Hastings considère qu’il en émergera du meilleur contenu pour les auditeurs.

Star Wars en téléchargement HD suscite la grogne des fans

Walt Disney Studios, Lucasfilm Ltd., et 20th Century Fox ont décidé de lancer le 10 avril les six premiers films de la série Star Wars sous forme de téléchargement HD pour la toute première fois. Les six films sortis entre 1977 et 2005 seront disponibles simultanément sur les principales boutiques en ligne incluant iTunes, Google Play, VUDU, Amazon, Xbox Video et Playstation Store. Les copies numériques coûteront autour de 90$ pour la collection entière, ou 20$ par film. Des contenus supplémentaires inédits, comme des conversations avec les artistes de la série originale et de courts documentaires sur la production, seront joints aux téléchargements.

Les fans de Star Wars critiquent furieusement le prix particulièrement élevé de la version en téléchargement de la série, qui est similaire à celui de la collection sur disque Blu-Ray, mais offrant une qualité d’image inférieure et ne pouvant pas être partagé librement. Ils critiquent également la décision des studios de publier exclusivement la version altérée et controversée de la trilogie originale, considérée comme étant inférieure à la version projetée en salles.

Les studios utilisent le lancement cette nouvelle édition pour promouvoir le film Star Wars: The Force Awakens, premier épisode d’une nouvelle trilogie dont l’intrigue se déroulera plusieurs décennies après la série originale. Le lancement de ce septième film de la série est prévu en décembre.

Dailymotion en voie d’être «enfin» vendu

La multinationale française Vivendi est en pourparlers avec Orange afin d’acquérir 80% des parts de Dailymotion, le compétiteur français de Youtube. Orange, qui a tenté en 2013 de vendre Dailymotion au géant américain Yahoo!, puis tout récemment à la compagnie de télécommunication PCCW, basée à Hong Kong, s’est fait bloquer chaque fois par le gouvernement français, qui souhaite que Orange trouve un partenaire Européen. L’acquisition de Dailymotion par Vivendi ne devrait donc causer aucun problème.

Les ventes d’actifs récentes de Vivendi ont laissé l’entreprise avec près de 5 milliards d’euros disponibles pour faire des acquisitions. Dailymotion, évaluée à 265 millions d’euros, n’est donc qu’une acquisition modeste pour la multinationale.

Avec 220 employés, Dailymotion est disponible en 18 langues dans 35 pays. Bien qu’il attire un trafic largement inférieur à Youtube, près de 300 millions d’utilisateurs regardent 3 milliards de vidéos chaque mois sur la plateforme. Dailymotion propose non seulement de l’hébergement vidéo, mais aussi de la diffusion live, une plateforme dédiée aux jeux vidéos et aux eSports, ainsi qu’une panoplie de programmes visant à aider les partenaires à créer et monétiser leur contenus.

BBC utilise BitTorrent Bundle pour promouvoir Doctor Who

La chaîne britannique BBC affirme sa détermination à innover en utilisant le service atypique Bittorrent Bundle pour publier un assemblage promotionnel de 10 épisodes-clés de la série populaire Doctor Who. La BBC propose cette collection d’épisodes au coût de 12$ afin de célébrer le dixième anniversaire de la série actuelle, qui est une suite de la série diffusée entre 1963 et 1989. La sélection comprend les épisodes diffusés au cours de la dernière décennie, ainsi que plusieurs suppléments, notamment des introductions faites par Peter Capaldi, qui interprète actuellement le personnage du Docteur.

Bittorrent Bundle, une boutique de contenus en ligne permettant aux créateurs de vendre leurs contenus directement à leur audience selon leurs propres termes, fait partie d’un effort de la compagnie Bittorrent visant à se dissocier du piratage et du partage illégal de contenus utilisant le protocole de téléchargement bittorrent, créé à l’origine par la compagnie du même nom. En proposant à la fois du contenu gratuit et payant à leurs fans, plusieurs artistes comme Thom Yorke ont rencontré un succès incontestable sur cette nouvelle plateforme peu orthodoxe. Selon Nick Coulter, chef de BBC Worldwide, Bittorrent Bundle offre une technologie intéressante pour distribuer le contenu grâce à une portée mondiale dans tous les marchés, peu importe l’infrastructure en place. Il s’agit également d’un aspect d’une plus grande stratégie de la BBC visant à combattre le piratage en rendant le contenu disponible au maximum de gens possible.